• Résultats WAGAC 2017 mercredi 9 août 2017 - 15:57
    Félicitations à notre équipe de France de voltige en planeur pour ses performances durant le championnat du Monde de Voltige à Torun ! Les résultats de nos pilotes sont visibles sur ce lien.
  • Le Bourget Air Show vendredi 16 juin 2017 - 18:10
    During the 52nd Le Bourget Air Show, the French Gliding Federation (FFVV), in collaboration with EXTRA, the German aerobatics airplane manufacturer and Siemens AG, are proving that electrically powered flight has now become a true reality in general aviation. Discover this revolution on our daily presentation! [download our press release]
  • WGC 2020 à Châlons en Champagne vendredi 10 mars 2017 - 10:55
    La France organisera le championnat du Monde de vol à voile à Châlons en Champagne en août 2020 ! Lire le communiqué de presse
  • Le planeur à l’honneur sur AérostarTV mercredi 8 février 2017 - 11:29
    AérostarTV annonce la prochaine diffusion du 1er film réalisé par la chaîne en partenariat avec la FFVV. Ce format court est consacré à la découverte du vol à voile et a été tourné à Saint Rémy. La première diffusion aura lieu Jeudi 16 février à 20H00 sur la chaîne spécialisée. Découvrez vite le teaser en […]
  • Sélection EQF 2018 jeudi 27 octobre 2016 - 11:46
    Le Comité de sélection des équipes de France s’est réuni le 29 octobre 2017. Cliquer sur ce lien pour consulter la liste des pilotes qui représenteront notre nation aux championnats de 2018.

Paris Île de France Météo France

Pages Club

Fonctionnement

Notre désir le plus cher est que tout nouvel arrivant dans notre club se sente immédiatement bien, et s’intègre le plus vite possible dans la vie de l’association. Pour cela, il est important de connaître ses « us et coutumes ». Certaines pratiques changent en effet de club en club, et si les pilotes débutants ont tout à apprendre, les pilotes venant d’autres horizons ont eux aussi à s’adapter aux spécificités du CVVFR. Vous trouverez donc dans ce guide toutes les recommandations qu’il faut connaître pour être parfaitement à l’aise. Ce guide est amené à évoluer : les responsables du club sont à votre écoute en cas d’oubli, de corrections. N’hésitez pas à nous faire part de toutes vos idées.

Toutes les particularités bonnes à connaître, réparties selon le déroulement type d’une journée de vol à voile :
  • L’inscription en début de journée
  • La préparation des planeurs
  • La mise en piste
  • La tenue de piste et les vols
  • Le retour aux hangars en fin de journée
  • Le nettoyage et le rangement

Quelques règles de base…

Au sol

Vous êtes sur un aérodrome, tout comme en vol, ayez la tête sur roulement : un planeur en vol ou en cours de manutention est silencieux. Vous êtes chez vous, agissez comme si le matériel vous appartenait.

En l’air

La principale règle de sécurité est « Voir et être Vu ». Toute journée volable est une expérience à saisir quel que soit votre niveau.

La plate-forme

Voirle plan de notre terrain avec les principales indications pour la mise en piste des planeurs.

Les responsables

  • Chef de Centre et Chef Pilote : Joël Larmignat                       
  • Le Comité de Direction

La progression type

Hormis les élèves, qui volent exclusivement sur planeurs biplaces, les pilotes de monoplaces évoluent en général de la manière suivante :

  • D’abord, pour les premiers vols solo, le planeur type est l’ASK23, pour le moment. C’est l’équivalent exact en monoplace du planeur école ASK21. En général, on s’entraine et on se perfectionne en local du terrain d’Episy.
  • Ensuite viennent les planeurs « club » LS4 et Pégase. Il s’agit de machines déjà très performantes qui procurent un grand plaisir de pilotage et qui permettent de grands vols sur la campagne, ainsi que de participer à des compétitions.
  • Le planeur suivant appartient à la classe « standard » : Discus CS. Les sensations de pilotages et les performances font encore un pas en avant.
  • Enfin, les LS8 de classe « 18 mètres » d’envergure terminent la progression des pilotes, qui bénéficient d’un planeur qui possède une finesse proche de 50.
  • Remarques : cette progression peut varier d’un pilote à l’autre, selon ses désirs et son niveau d’entraînement. Les pilotes déjà confirmés arrivant au CVVFR n’ont pas à suivre complètement cette progression. En fonction de leur expérience, ils pourront utiliser n’importe quel planeur (le chef de centre décidera en fonction des compétences des uns et des autres et informera les autres instructeurs).
  • Cas particuliers du Janus et du Duo Discus: ces planeurs biplaces n’entrent pas dans la liste ci dessus. En fait, tout pilote peut demander à voler sur cette machine. Une formation spécifique lui sera fournie, en vue d’un lâcher.

Les étapes de la progression en vol à voile sont les suivantes :

  • Vols d’instruction en double commande,
  • Lâcher (vol solo) sur ASK21,
  • Lâcher sur monoplace LS4,
  • Vol en local sur ASK21 ou LS 4 dont un vol d’au moins une heure,
  • Passage de l’examen théorique et du test en vol du Brevet de Pilote Planeur,
  • Parallèlement : vols d’instruction sur la campagne (« école campagne »), obtention qualification « Campagne »,
  • Réalisation des épreuves du Brevet « D » : Gain d’altitude de 1000 mètres, vol d’au moins 5h et vol sur la campagne comportant une branche de 50 Km , tout cela en solo !
  • Réalisation des épreuves du brevet « E » : Vol sur la campagne d’au moins 300 Km, et gain de 3000 m,
  • Réalisation des épreuves du brevet « F » : Vol d’au moins 500 Km, vol en but fixé d’au moins 300 Km et gain de 5000 m.

Pour réaliser les gains d’altitude de 3 000 et 5 000 mètres, il sera sans doute nécessaire d’effectuer un stage dans le sud de la France (du côté de St Auban sur Durance), car les conditions aérologiques de la région parisienne ainsi que la réglementation aérienne, ne permettent pas de telles évolutions.

La répartition des planeurs

Hormis les élèves pilotes qui utilisent exclusivement les biplaces ASK21, Janus et Duo Discus, les pilotes de monoplaces ont à leur disposition un large choix de machines. On peut alors demander à utiliser le planeur que l’on veut, en fonction de son niveau de progression. Enfin, presque… car ce n’est pas toujours possible. En effet, il faut distinguer les journées « creuses » des journées « pleines ». Une journée creuse correspond en général au début de la saison de vol à voile, ou à une journée de semaine.

Il y a en général moins de personnes présentes sur le terrain et le nombre de planeurs est souvent largement suffisant. Dans ce cas, il est en principe possible d’utiliser le planeur que l’on souhaite (si l’on est déjà lâché dessus), après avoir obtenu l’accord du chef pilote. Il s’agit en fait de la règle « premier arrivé, premier servi ». Par contre, la situation est très différente durant les journées pleines, c’est-à-dire les week-ends, et au plus fort de la saison (Mai, Juin, Juillet, Août), où il est fort probable que le nombre de pilotes présents soit plus important que le nombre de machines disponibles. Pour éviter tout problème entre pilotes (ne pas défavoriser ceux qui habitent loin du terrain), et pour répondre au mieux aux attentes de chacun, c’est le chef-pilote qui effectue la répartition des machines.

Le chef-pilote prend en compte le nombre de pilotes présents, leur niveau et leur souhait (voler en biplace ou en monoplace), et tente de proposer la meilleure solution, en fonction également des conditions météo du jour. Durant une journée pleine, il faut donc s’inscrire avant 10 h 00 pour participer à la répartition des planeurs. Si un pilote arrive après 10 h 00, il devra s’adresser directement au chef pilote pour l’informer de son souhait de voler. Si tous les planeurs ont été attribués, il pourra attendre qu’un appareil se libère en cours de journée pour pouvoir voler. Le chef-pilote récupère à 10 h 00  la liste des pilotes présents et expose la répartition durant le briefing, à 10 h 30.

La sortie des planeurs

C’est la première activité de la journée, après s’être inscrit au tableau pour avoir un planeur (les journées « pleines »), et effectuée avant le briefing. C’est l’occasion de s’entraider car il faut être nombreux à cet instant. La sortie des planeurs et donc, l’ouverture des hangars doit être effectuée le plus tôt possible (et avant même que l’attribution n’ait été faite par le chef- pilote) afin d’être prêt à voler dès que les conditions le permettent. Attention : la majorité des casses et dégâts se font au sol !

Plus particulièrement durant cette manoeuvre. Faites donc particulièrement attention : assurez-vous que toutes les personnes qui vous aident aient bien compris la procédure à suivre. Parmi les trucs et astuces à retenir : inutile d’être 2 pour tenir chacun son aile. Le fait d’en tenir une suffit… En général, l’autre suit d’elle-même… Et en plus, cela est mieux pour la cohérence de la manoeuvre. En effet, la personne qui tient l’aile est en général aussi celle qui dirige le planeur.

En résumé, les règles de base au sol :

  • UNE SEULE personne tient l’aile,
  • UNE SEULE personne dirige la manoeuvre, et les autres exécutent avec elle.

De plus, lorsqu’un planeur n’est pas muni d’un BO (voir plus loin), pensez à soulever la queue du planeur avant de le faire pivoter, sinon vous verrez l’empennage horizontal vibrer dans tous les sens, et le patin de queue peut être arraché ou endommagé (on ne soulève JAMAIS la queue par l’empennage horizontal, car c’est très fragile ; il faut soulever cette partie du planeur par le fuselage, situé près du plan vertical).