• Championnat de France Club à Issoudun dimanche 15 juillet 2018 - 09:38
    Un grand bravo à Adrien Henry qui au bout de 7 jours de compétition et prés de 2142km parcourus dans les airs, se voit attribuer le titre de Champion de France 2018 en classe club. Les championnats de France qui se tenaient à  Idsoudun, sur l’aérodrome de Fay-Ségry ont accueilli tous les jours, du 8 […]
  • ANDREW DU PILOTE DE L’EQUIPE DE CHINE DECOUVRE LE CNVV vendredi 13 juillet 2018 - 16:29
    Du 8 au 11 juillet, Andrew DU, pilote de l’équipe de Chine, a pu découvrir notre Centre National de Vol à Voile. Après 3 vols de 6h réalisés en Duo Discus avec Claude BRIEND MARCHAL, Président délégué du CNVV et une présentation du simulateur par Philippe LEVY, il a été interviewé par Jean-Nicolas BARELIER, Directeur Technique […]
  • CHAMPIONNAT DU MONDE À OSTROW lundi 9 juillet 2018 - 19:49
    Début des épreuves, pour nos bleus, en classe standard, 15m et club. Pour suivre les résultats rendez-vous sur : http://bit.ly/ostrow2018 Plus de photos sur : http://www.facebook.com/poledfranceplaneur ! Bonne chance à nos français !
  • Championnat de France Classe Club à Issoudun lundi 9 juillet 2018 - 10:13
    Hier a débuté le championnat de France classe club à Issoudun sur l’aérodrome de Fay-Ségry. Avec un plafond de 1800m, des Vitesses Varios entre 1,5 et 3m/secondes et un vent soutenu, la 1ère journée de championnat s’est clôturée avec une victoire de Yann Ehrstrom ! Podium : 1. Yann Ehrstrom (Pic saint Loup) 2. Richard […]
  • CHAMPIONNAT DE FRANCE CLASSE CLUB lundi 2 juillet 2018 - 20:11
    Du 8 au 14 juillet 2018 aura lieu le championnat de France classe club à Issoudun Venant de tout l’hexagone et même de l’Angleterre, 50 pilotes viendront défier l’aérologie de la Région Centre, internationalement reconnue pour sa qualité exceptionnelle de vol et ses conditions propices au Vol à Voile de plaine. Lancés à pleine vitesse, […]

Paris Île de France Météo France

Pages Club

Briefing

Le Briefing.

Il a lieu tous les jours, à 10h30, à la pleine saison et est dirigé par le chef-pilote ou l’instructeur qui le remplace. C’est l’occasion de connaître la météo du jour, la piste en service, la répartition des planeurs, les conseils sur les vols possibles sur la campagne, ainsi que diverses informations. Vous vous devez d’être présent à cette occasion.

En saison creuse, ou lorsque peu de pilotes sont présents ou que la météo est manifestement peu engageante, le briefing peut alors se résumer à une petite réunion faite rapidement devant les hangars.

Les housses.

Elles servent à protéger les ailes et la profondeur du planeur de la poussière. On les retire dès la sortie des planeurs des hangars et on les stocke dans leur sac ou récipients ad’ hoc, dans le hangar.

Il faut les remettre en fin de journée, dès que le planeur est nettoyé, avec les aérosols, type O’cedar, ou Pliz et chiffon micro fibre (on proscrit l’eau qui abîme le gelcoat).

Trucs et astuces :

  • Si un planeur est laissé en dehors des hangars pour une longue durée, il faut lui enlever ses housses ! Surtout si elles sont de couleur sombre. En effet, la lumière du soleil pourrait les chauffer à un tel point que la structure des ailes pourrait être déformée.
  • Les housses sont nettoyées tous les ans par les membres du CVVFR eux-mêmes. Si vous avez la chance d’avoir une machine à laver de grande capacité, n’hésitez pas à vous porter volontaire pour cette tâche.

Les parachutes.

L’Armoire des parachutes se trouve dans la salle pilotes.

Chaque parachute à un numéro et il faut le remettre à son emplacement d’origine. Les parachutes craignent l’humidité : ne le laissez pas traîner par terre, encore moins dans l’herbe humide… En résumé, une fois sorti du local, la place du parachute est dans le planeur, ou sur votre dos (ou… les deux !). On prend son parachute dès que l’affectation des planeurs est connue, et il faut le remettre dans l’armoire à la fin des vols, rangé dans son sac et posé sur les harnais, afin de ne pas comprimer, outre mesure le ressort d’extraction.

Les batteries.

Les batteries servent à alimenter la radio de bord (et d’autres instruments sur certains planeurs).

L’armoire à batteries se trouve aussi dans la salle pilotes. Chaque batterie est référencée pour un planeur en particulier.

Attention, certains planeurs possèdent 2 batteries. Une fois la journée terminée, remettez les batteries en place et branchez les pour les remettre en charge. Assurez-vous que l’interrupteur est en position de fonctionnement, comme vous aurez vérifié la matin, qu’après avoir pris la batterie, il est sur arrêt.

La mise en piste.

Il suffit juste de pousser les planeurs loin devant le hangar. Puis ensuite de les accrocher 2 par 2 aux « golfettes » pour les convoyer en piste 06 ou 24. Un pilote conduit la « golfette » à la vitesse d’un homme au pas et 2 autres (en général les pilotes) tiennent l’aile. Comme il faut être 2 pour emmener un planeur en piste, n’oubliez pas d’aider la personne qui vous a aidée… Cela fait partie du charme de la vie en association…

Parmi les trucs et astuces :

  • Utiliser le crochet treuil des planeurs (celui qui est près de la roue principale) pour les tracter, plutôt que le crochet de remorquage. En cas de problème, il suffira de faire pivoter le planeur de plus de 90° et le câble se libèrera de lui-même.
  • Vérifier que les verrières sont bien fermées et verrouillées avant de commencer le tractage.
  • Une golfette permet de tracter 2 planeurs en même temps. Dans ce cas, les personnes tenant les ailes doivent se mettre à l’extérieur et s’assurer que les 2 planeurs sont bien espacés,
  • À cause du bruit du moteur, le conducteur de la golfette ne peut entendre les ailiers, même s’ils crient. Il faut donc qu’il garde un contact visuel vers eux le plus souvent possible.
  • Quand vous roulez vers la piste 06, le terrain est légèrement en descente, à la croisée des pistes. Il arrive que le planeur ait tendance à rattraper le véhicule tracteur. Pour éviter ce problème, demandez à une personne supplémentaire de se tenir devant le bord d’attaque pour freiner le planeur si cela est nécessaire.
  • Il vaut mieux tenir l’aile côté champ, raison de sécurité avions et planeurs qui se posent et décollent.